Publié le 5 commentaires

Adieu à l’anthroposophie

mask
| Voir sur Skeptikon/PeerTube | Voir sur Youtube |

L’anthroposophie est dissimulée partout dans nos vies. Nous l’avons déjà rencontrée et déjà promue, sans le savoir.

Si vous lisez ce texte, il y a de grandes chances que vous connaissiez déjà ce qu’est l’anthroposophie : une doctrine née au début du XXe siècle de l’esprit de Rudolf Steiner, occultiste en rupture avec la Théosophie. Rudolf Steiner a écrit une trentaine d’ouvrages (ou de compilations d’articles) de sa main. Plus de 6.000 conférences (1) données par lui sont publiées.

L’anthroposophie prétend que le monde réel n’est qu’Esprit. La matière est constituée d’éther spirituel condensé. Dans ce sens, l’anthroposophie est un monisme. Le but de l’univers dans son entier est d’accompagner le cheminement spirituel de l’être humain vers la divinité. Les anthroposophes sont une petite élite destinée à guider l’humanité dans ce chemin.

L’anthroposophie aujourd’hui, c’est une société universelle se déclinant dans 78 pays (2) en une société nationale. Le siège de la société anthroposophique universelle est au Goetheanum à Dornach, sorte de blockhaus géant, rappelant vaguement la forme d’un crâne. Les membres de la société universelle (ou des sociétés nationales) sont peu nombreux — les anthroposophes revendiquent seulement 44 000 membres à travers le monde (3) —, mais la doctrine anthroposophique irrigue complètement nos sociétés.

Elle est en effet présente dans l’agriculture et l’écologie à travers la biodynamie (4) ;
dans l’éducation à travers la pédagogie Waldorf (5) ;
dans la médecine via la médecine anthroposophique (6)
mais aussi dans la parapharmacie via la société Weleda (7) ;
dans la politique via la Tripartition sociale (8),
et des influences bien plus vastes encore (9) ;
dans la finance via les banques Nef, Triodos, GLS (10) ;
dans les arts, à travers l’Eurythmie (11)
et les dessins de forme (12),
dans la gymnastique (Bothmer (13)),
dans l’aide au handicap (Mouvement Camphill (14)),
etc.

Ce sont en réalité tous les aspects de notre vie qui peuvent être imprégnées d’anthroposophie, pour peu que l’on soit un peu écolo, soucieux de l’environnement, un peu progressiste, un peu artiste. Il est très facile et presque inévitable, dans ces conditions très souvent réunies, de faire la promotion active de l’anthroposophie sans être en aucune façon au courant de son existence, et des implications de nos actions.

Promouvoir l’anthroposophie, c’est promouvoir une forme sophistiquée et perverse de fascisme.

Nous sommes tous et toutes des représentants de commerce de l’anthroposophie sans le savoir.

En conseillant un film sympa (15), en achetant des semences à une association (16) cool, en acquérant des cosmétiques (17), en se soignant à l’homéopathie (18), en utilisant une monnaie locale (19), en militant pour l’environnement (20), en faisant ses courses (21), en mangeant du miel (22), en buvant de l’eau (23)… Bref, qu’on soit ou non écolo, difficile de passer au travers. Surtout dans ces temps de changement climatique, pour lesquels la protection de l’environnement est une donnée cruciale.

Alors quel est le problème ? Ne peut-on supporter un vague spiritualisme en échange de tant de services et d’associations bienveillantes, protectrices de l’environnement, soucieuses des enfants et des plus faibles, adeptes des arts et des thérapies douces ?

Non. Car sous ces allures sexy, cool et séductrices, se cache une doctrine fascisante particulièrement perverse.

Je l’ai déjà montré par ailleurs (24), l’anthroposophie est structurellement raciste : elle promeut une hiérarchie des races, dans laquelle les noirs sont au plus bas, tandis que les aryens germaniques devraient dominer le monde (25), car ils démontrent par leurs qualités physiques (peaux blanches, cheveux blonds, yeux bleus, fronts hauts) leur proximité plus grande avec le divin (26).

Par ailleurs, l’anthroposophie est anti-science. Anti science matérialiste, disons, car elle possède sa propre science, la science de l’esprit. C’est parfaitement logique selon la conception que j’ai expliqué plus haut : la matière étant une illusion, une Maïa, issue de l’esprit, et la seule réalité étant spirituelle, il s’ensuit que la réalité ne peut être perçue par l’observation des phénomènes physiques, mais par celle des phénomènes spirituels. Quels sont ces phénomènes ? Ceux qui surviennent par l’intuition. C’est ce qu’explique Rudolf Steiner lui-même, dans l’appareil critique tardif dont il a orné son propre ouvrage précoce, « La philosophie de la liberté (27) » p 41 par exemple. C’est ainsi que toute la précieuse connaissance anthroposophe s’est constituée, selon Rudolf Steiner (en oubliant de préciser que l’essentiel est plagié de la théosophie par exemple). On peut donc concevoir ainsi comment le corpus anthroposophe a pu devenir aussi étrange et surprenant. Je ne vais pas entrer ici dans ce sujet qui nous emmènerait trop loin (on peut en avoir un large aperçu via le blog de Grégoire Perra (28)), mais sachez qu’à côté des contenus de l’anthroposophie, les conceptions fantastiques et extra-terrestres de la scientologie font ternes figure, platement réalistes.

Il s’ensuit que l’anthroposophie est anti-médecine (29) (de la science matérialiste), donc antivaccin(30), mais aussi climato-sceptique (31). Par son seul antivaccinisme, l’anthroposophie s’est rendue coupable de plusieurs centaines de milliers de morts durant la pandémie de Covid-19 (32).

Par ses conceptions fondamentales même, l’anthroposophie n’est pas « proche de la nature » : elle nie toute existence de la nature en-dehors de l’humain. Seul l’humain l’intéresse, et dans l’humain, son esprit. Tout ce qui n’est pas esprit est mauvais par essence, car s’éloignant du divin. C’est ce qui est sournoisement enseigné dans les écoles Steiner-Waldorf (33). L’anthroposophie représente donc un danger mortel pour nos sociétés : complètement hors sol, délirante, fascisante, elle ne représente pas une solution à nos problèmes, mais au contraire un obstacle considérable sur le chemin de leur résolution !

Les anthroposophes, ces victimes dont il faudrait déciller les yeux

J’ai ici parlé de l’anthroposophie, et non des anthroposophes. J’ai dit que l’anthroposophie était un danger mortel. Les anthroposophes sont-ils par conséquent, des ennemis mortels ?

L’anthroposophie fonctionne comme un virus ou un parasite. Par sa structure totalisante (ou holistique si l’on préfère), elle semble apporter des réponses à toutes nos questions. Des réponses intéressantes, logiques d’une certaine façon, répondant à la logique de nos esprits, à défaut de correspondre à la logique du réel. Elle englobe, elle endort, elle hypnotise. On est au milieu d’elle comme dans un cocon spirituel, dans lequel rien ne peut nous arriver, car en étant anthroposophe, on fait partie des élus. On fait le bon, on fait le bien. Même sans connaître tous les détails de la doctrine, même sans en connaître l’existence en dehors des aspects qui nous sont présentés, on sent comme une cohérence. Et on la répand, comme on répand un virus en embrassant ses amis et sa famille.

On ne répand que les aspects jugés positifs de la doctrine, bien sûr. Mais les autres aspects, le fascisme rampant, le refus du réel, sont inoculés en même temps, et attendent leur heure, comme ces champignons parasites (34) qui manipulent le cerveau de leur hôte à leur avantage, les faisant agir comme des marionettes. C’est un peu ce qui s’est passé durant la pandémie, l’anthroposophie se révélant au monde en de multiple complotismes inspirée d’elle, penchant fortement à l’extrême-droite (35), entraînant avec eux une partie de la gauche écologiste.

Mais les individus sont-ils coupables ? Coupables de s’être laissés entraînés par un besoin de « nature », de thérapies « douces », par un besoin d’explications face à un monde devenu fou, pour calmer leur angoisse, leur défiance face aux pouvoirs technocratiques, oui. Mais c’est la culpabilité du malade devant sa maladie. A mon sens, les adeptes de pratiques anthroposophes sont davantage à considérer comme des victimes que comme des coupables, pour leur grande majorité. Pour prendre un exemple, même Françoise Nyssen, nommée un temps ministre, et adepte de l’anthroposophie, n’avait-elle pas été « attrapée » à la suite d’un terrible drame personnel (36) ?

Sans compter les familles brisées, les gens qui se coupent de leur entourage, qui meurent pour avoir soigné leur cancer avec des traitements inadaptés en refusant la médecine « ahrimanienne », qui tombent sous l’influence de gourous et perdent leur esprit critique, leur libre arbitre et finalement leur vie.

Il faut donc éviter de fustiger les anthroposophes, fussent-ils docteurs, photographes-bucherons ou journalistes, qui sont certes des adversaires théoriques, mais surtout les victimes d’une dérive sectaire (37).

En revanche on doit être intransigeant envers les entreprises, les institutions, les collectivités qui devraient être exemplaires sur la lutte contre les dérives, et qui pourtant, parfois à la faveur d’un entrisme des victimes dont il a été question, leur font la part belle. On peut ainsi citer le journal Le Monde (38), mais aussi des tonnes de journaux produisant tous les jours des articles à la gloire de la biodynamie (39), les universités de Strasbourg (40), d’Avignon (41) (cela semble ne plus être le cas aujourd’hui), de Grenoble (42), la fédération Française de handball (43), etc. Ce ne sont là que quelques exemples qui me viennent à l’esprit spontanément.

Il n’est pas tolérable qu’aujourd’hui, alors que ces dérives sont bien renseignées, de grands médias et des universités soient aveugles aux dangers de cette doctrine et continuent de se rendre coupables de complicité en favorisant sa propagation.

On voit, à travers l’exemple du Zevent 2022 (44), qu’il est possible de corriger le tir de façon élégante après une erreur, et qu’on sort avec avantage d’une situation compliquée lorsqu’on décide de reconnaître un problème. Le Zevent, événement organisé par des Youtubers, qui avait choisi d’aider l’association de défense de l’environnement GoodPlanet, a revu sa copie très rapidement, prenant en compte les réactions de centaines d’internautes en colère : GoodPlanet est une association favorable à la biodynamie. Il est très encourageant que ce phénomène ait eu lieu, et cela rend encore plus impardonnable le comportement complaisant d’institutions autrement plus officielles que le Zevent, se présentant comme plus « sérieuses » : l’expérience montre qu’il n’en est rien.

Aujourd’hui, je vais continuer à communiquer sur l’anthroposophie, mais dans ma tête je passe à autre chose.

Voilà plus de sept ans que je lutte à ma manière contre l’anthroposophie.

J’ai commencé en 2014 une bande dessinée sur le vin, qui s’est transformée en BD sur le vin en biodynamie, qui s’est transformée en BD sur l’anthroposophie. Ce livre en trois tomes, intitulé « CosmoBacchus« , qui se présente désormais sous la forme d’une intégrale, m’a propulsé dans le monde de l’esprit critique, du scepticisme et de la zététique. J’ai réalisé des vidéos, écrit d’innombrables threads, des articles, donné des conférences et participé à des tables rondes sur ce sujet. J’ai lu aussi un nombre considérable d’articles, de sites anthroposophiques, de livres de Rudolf Steiner.

S’intéresser à l’anthroposophie est fascinant à cause de la richesse de la doctrine, mais c’est aussi couteux en points de santé mentale. Cela rend paranoïaque (car oui, les anthroposophes sont partout), mélancolique (car oui, l’anthroposophie gâche notre appétence pour la nature, la spiritualité, la bienveillance), agressif (car oui, quand on est paranoïaque et mélancolique, on voit le mal partout et on s’en prend aux copains sceptiques aussi).

Aujourd’hui, je n’ai donc plus l’envie de me plonger dans la doctrine anthroposophique de Rudolf Steiner pour la documenter et la critiquer. Je n’ai plus l’enthousiasme du lutteur pour interpeller tout média, toute université, toute fédération qui ferait la part belle aux théories fumeuses de réincarnation de la Terre et aux sous-races des méchants lémuriens dégénérés. Je n’ai plus la rage suffisante pour écrire et dessiner des ouvrages démontrant le danger de cette pensée ayant inspirée des nazis. J’en ai assez que les anthroposophes me gâchent la vie, piétinent mes rêves, me fassent désespérer du genre humain.

Je suis fatigué, dès que je vois ou j’entends parler d’Edgar Morin, Sting, Cynthia Fleury, Joseph Beuys, Cyril Dion, Pierre Rabhi, Jean-Marie Pelt, Albert Jacquard, etc. d’être obligé de me dire : oh là là, ils soutiennent la biodynamie, les écoles Waldorf, ce sont des anthroposophes ou des amis de l’anthroposophie. Avant de me plonger dans tout ça, je trouvais la biodynamie sympathique, les produits Weleda doux, les écoles Waldorf bienveillantes. J’aimais les interventions artistiques de Beuys, les chansons de Sting, les livres d’Albert Jacquard…

Bien entendu, j’ai un peu honte de vous dire cela quand des gens comme Grégoire Perra et bien d’autre luttent sans relâche pour cette cause et sans se plaindre. Mais en ce qui me concerne, j’ai l’impression de tourner en rond dans un cul de sac. D’autres sujets m’appellent.

Bien entendu, je vais continuer de râler sur Twitter, de répondre aux (nombreuses) demandes d’interviews concernant CosmoBacchus et d’accompagner ce livre. Mais désormais, ma tête est ailleurs. Je pense à l’histoire des sciences, des idées scientifiques, à l’épistémologie. Cela me fait entrer ans des mondes étranges, mais tellement plus sains que les cauchemars anthroposophes !

Je suis en train de réaliser une bande dessinée sur l’histoire des sciences, des VRAIES sciences, avec mon ami Pascal Marchand, qui est chercheur à l’université Toulouse 3 Paul Sabatier, et c’est un vrai bonheur, un antidote à la folie de la science de l’esprit. C’est comme ça que je l’ai conçu d’ailleurs. Je pense que je ferai bientôt une vidéo avec Pascal pour vous présenter tout ça.

Ce n’est donc pas un vrai adieu à l’anthroposophie, mais je vais prendre un peu de distance mentale avec elle désormais, et ça me fera le plus grand bien.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’anthroposophie, je vous invite à consulter la page de ressources (45) que j’ouvre aujourd’hui, et que je mettrai à jour régulièrement.

En attendant, n’hésitez pas à partager cette vidéo et cet article, et à les commenter.
Vous pouvez aussi m’aider financièrement à réaliser ma prochaine BD sur ma page Tipeee (46).
Merci.


Dans cette vidéo, je fais en quelque sorte mes adieux à l’anthroposophie, sans pouvoir m’empêcher d’en saper profondément les bases avant de partir ! Du coup, n’hésitez pas à la partager !

Je me suis fendu d’une page de « ressource sur l’anthroposophie » que je mettrai probablement à jour de temps en temps. N’hésitez pas à m’en signaler les lacunes : https://www.meybeck.net/ressources-sur-lanthroposophie#main

Pour me soutenir, n’hésitez aps à visiter ma page Tipeee : https://fr.tipeee.com/meybeck-jb

Liens tenant lieux de sources de la vidéo.
Ces liens ont été visités le 18 jujillet 2022.

1/44 ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Steiner#%C5%92uvres_%C3%A9crites_de_Rudolf_Steiner

2/44 : https://goetheanum.ch/fr/societe#societe

3/44 : https://www.monde-diplomatique.fr/2018/07/MALET/58830#nb19

4/44 : https://www.bio-dynamie.org/

5/44 : https://www.pedagogie-waldorf.fr/decouvrir-pedagogie-waldorf/

6/44 : https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=medecine_anthroposophique_th

7/44 : https://www.weleda.fr/qualite-et-fabrication/medicaments/medecine-anthroposophique

8/44 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tripartition_sociale

9/44 : https://veritesteiner.wordpress.com/2019/11/29/la-france-insoumise-les-partis-politiques-francais-et-lanthroposophie/

10/44 : https://www.aether.news/transparence-anthroposophie/

11/44 : https://www.pedagogie-waldorf.fr/2021/01/23/eurythmie-ecole-steiner-waldorf/

12/44 : https://www.editions-triades.com/livres/arts/peinture/dessin-de-formes/

13/44 : https://www.editions-triades.com/livres/pedagogie/la-gymnastique-bothmer/

14/44 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_Camphill

15/44 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/avec-film-animal-cyril-dion-veut-mobiliser-autour-vivant

16/44 : https://kokopelli-semences.fr/fr/

17/44 : https://www.ecoleperceval.org/steiner-a-l-origine-des-medicaments-wala-et-des-produits-cosmetiques-dr-hauschka/

18/44 : https://www.senat.fr/questions/base/2000/qSEQ000222731.html

19/44 : https://www.lanef.com/qui-sommes-nous/la-force-du-collectif/nos-partenaires/monnaies-locales/

20/44 : https://www.technikart.com/extinction-rebellion-en-vert-et-contre-tout/

21/44 : https://www.biocoop.fr/produits-bio/boissons-alcoolisees/Les-vins-biologiques

22/44 : https://www.ballot-flurin.com/blog/nous-sommes-certifies-demeter/

23/44 : https://www.sequoia.bio/blog/alimentation/leau-dynamisee-les-secrets-de-leau-vivante/

24/44 : https://www.meybeck.net/2022/05/17/une-fois-pour-toute-lanthroposophie-est-elle-raciste/

24/44 : https://veritesteiner.wordpress.com/2016/05/14/la-face-obscure-de-lanthroposophie-par-peter-staudenmaier/

26/44 : https://youtu.be/i0ogYmMqqwU

27/44 : http://transfert.meybeck.net/bd/cosmobacchus/docs/steiner/Steiner%20Rudolf%20-%201923%20-%20La%20philosophie%20de%20la%20libert%C3%A9.pdf

28/44 : https://veritesteiner.wordpress.com/

29/44 : https://www.soi-esprit.info/blog/pensees-anthroposophiques/141-pourquoi-la-majeure-partie-de-la-population-reste-t-elle-indifferente-devant-l-accroissement-incessant-du-pouvoir-medical

30/44 : https://medecine-integree.com/lanthroposophie-et-les-vaccins/

31/44 : https://www.larvf.com/nicolas-joly-il-ne-reste-quasiment-rien-du-concept-d-appellation-controlee-helas,4645205.asp

32/44 : https://threadreaderapp.com/thread/1400417312537206784.html

33/44 : https://www.unadfi.org/actualites/groupes-et-mouvances/l-endoctrinement-a-l-anthroposophie-dans-les-ecoles-steiner-waldorf/

34/44 : https://www.pourlascience.fr/sd/biologie-animale/des-fourmis-zombies-controlees-comme-des-marionnettes-par-un-champignon-12740.php

35/44 : https://lundi.am/Louis-Fouche-medecin-fasciste-malgre-lui

36/44 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7oise_Nyssen

37/44 : https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/004000552.pdf

38/44 : https://www.lemonde.fr/rudolf-steiner/

39/44 : https://transfert.meybeck.net/bd/cosmobacchus/presentations/Presentation_Biodynamie_Meybeck.pdf#page=17

40/44 : https://www.rue89strasbourg.com/universite-strasbourg-medecine-anthroposophique-208494

41/44 : https://veritesteiner.wordpress.com/2016/06/28/2626/

42/44 : https://youtu.be/dXA9Xy9th04

43/44 : https://www.sportbuzzbusiness.fr/weleda-nouveau-fournisseur-officiel-de-la-federation-francaise-de-handball.html

44/44 : https://new-game-plus.fr/zevent-polemique-goodplanet/

5 réflexions au sujet de « Adieu à l’anthroposophie »

  1. Merci pour tes adieux, c’est bien ! va te reposer et continue à gagner ta maigre croûte sur ta planche à dessin et si tu trouves que tu gagnes pas assez avec tes bd, au lieu de faire la quête trouves toi un job comme plongeur dans un resto par exemple, c’est mieux rémunéré

    1. C’est pas faux, Matuys, mais vois-tu, je préfère gagner peu en faisant de la BD que plus un faisant un boulot qui n’a pas d’utilité sociale ou qui ne me convient pas. Par exemple, il y a quelques années, je faisais des sites internet notamment pour l’aéronautique et je gagnais très bien ma vie. Mais d’une part, il y avait une partie militaire, et d’autre part, tous ces appareils polluent beaucoup. En plus j’en avais marre du code. J’ai donc commencé par exclure tous les clients « carbonés », puis tous les sites internet pour ne faire que du graphisme papier. Puis que de la BD « engagée ». C’est comme ça. C’est un choix. Quant à la « quête », ma foi, des personnes sont contentes de m’aider, et personne ne te force à le faire, donc je ne vois pas de problème.

  2. comprehensible mais vous avez fais bien fais le job,
    a d’autres de reprendre le flambeau,
    ils sont usants
    merci

    1. Merci Ganzhorn !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.